Anthropologie et missiologie ou la séparation graduelles des partenaires

TitleAnthropologie et missiologie ou la séparation graduelles des partenaires
Publication TypeBook Chapter
Year of Publication2004
AuthorsW.E.A.van Beek
EditorH.S. Sarvasy, and G. van 't Spijker
Secondary TitleAnthropologie et missiologie XIXe-XXe siècles : entre connivence et rivalité : actes du colloque conjoint du CREDIC et de l'AFOM
Pagination25 - 44
Date Published2004///
PublisherKarthala
Place PublishedParis
Publication Languageeng
KeywordsAfrica, anthropology, missions
Abstract

Cette contribution compare les méthodologies et les épistémologies réciproques de la missiologie et de l'anthropologie en tant que disciplines. Selon l'auteur, le but initial de l'anthropologie est de décrire, d'analyser et de contextualiser toutes les variations culturelles de l'humanité. Mais l' anthropologie a connu des changements paradigmatiques; la notion de culture s'est transformée: les solutions de la génération précédente sont réinventées dans l'interaction sociale d'aujourd'hui. La nouvelle conception de la culture est capitale pour comprendre la relation entre missiologie et anthropologie. Liée à une croyance bien définie, la position épistémologique de la missiologie est tout à fait différente. Son point de départ est celui d'une vérité revendiquée, voire d'une réflexion orientée dans le but d'une expansion du message, en principe grâce à une étude systématique et objective des autres croyances. Le dilemme que représente pour les missionnaires la "double loyauté", dans sa position d'être à la fois le représentant du message chrétien et l'observateur de l'autre, peut sembler résolu dans la création des Églises indépendantes africaines, qui permet à la fois d'"avoir raison" tout en respectant l'autre. Après avoir noté les différences épistémologiques des deux disciplines, l'auteur montre quels sont leurs points communs. L'ethnologue comme le missionnaire participent dans une interaction restreinte, et même instrumentale, au milieu culturel au sein duquel ils se trouvent et travaillent. Ils établissent un lieu de "culture intermédiaire": la situation fondamentale de leur terrain respectif est plus semblable que leurs épistémologies divergentes ne le laissent supposer. Mais cela ne veut pas dire que les deux disciplines soient en train de s'unifier progressivement. C'est seulement dans les années d'émergence de l'ethnologie que la missiologie en devint un des piliers, qui sont graduellement remplacés par des piliers proprement anthropologiques. Indigénisée, la missiologie quant à elle emprunte désormais son propre chemin. Bibliogr., notes, réf. [Résumé ASC Leiden]

IR handle/ Full text URLhttp://hdl.handle.net/1887/9649
Citation Key793